Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



yoyogi kenzo Tange

me00001264563.jpgme00001264593.jpgme00001264613.jpgtkyo01.jpgpanoramiqueext.jpgtokyo19645.jpgvueaerienne.jpg1.jpgvueext.jpg132.jpgcables.jpgentree.jpgentree1.jpgescaliers.jpggradins.jpginterieur.jpginterieur1.jpginterieur2.jpgktangeyoyogidrawings.jpgme00001264513.jpgme00001264533.jpg

.
 

gare satolas/ st exupery

14.jpgcoupe2021.jpgalt19961.jpgvuedte.jpg27127.jpg27368.gifvueensembleext.jpgpilierbetonblanc.jpggarndehalle.jpgsatolas1s.jpgvuedessous.jpgsatolasextnuit.jpgcalatravalyondscn0296.jpgenjambe.jpgvoie.jpgvoieextdte.jpgdessusvoiecentrale.jpggaretgvsatolas021151677804314.jpgstructureint.jpgintbeton.jpgcalatravalyondscn0337.jpgcalatravalyondscn0291.jpg27127.jpgfarandole.jpggaredenuit.jpg

.
 

musee juif libeskind

museejuif.jpg16axes11.jpg132me1.gif11rdc1.gifparxcours1.gif22coupeaxecontinuit1.jpg1libeskindvogelperspektive52.jpgjewishmuseumberlin.jpgentreedepuislancienmusee1.jpgescalier1.jpgaxedelexil1.jpgaxedelholocauste1.jpg23img13261.jpg24img13381.jpgjardindelexil1.jpgjardindelexil21.jpgjardindelexil31.jpg14img13771.jpgvide1.jpgvidedelamemoire31.jpgvidedelamemeoire1.jpgvidedelamemoire21.jpg21img13831.jpgtourdelholocauste21.jpg20img13231.jpgaxedelexil1.jpg14img13771.jpgjewishmuseumfacade.jpg1libeskindvogelperspektive52.jpg24379.gif

.
 

nemausus jean nouvel

4714572.jpgext.jpgnemausus777834.jpgcoursives.jpgnimesnemaususnou05.jpgdossiernemausus.jpgintr.jpgimages.jpgnimesnemaususnou09.jpgnimesnemaususnou07v.jpgplan.jpgnemausus777834.jpgnimesnemaususnou05.jpgnimesnemaususnou09.jpgnimesnemaususnou07v.jpgescaliersexterieurs.jpgint.jpgint2.jpgnimesnemaususnou04.jpgnimesnemaususnou05.jpgimages.jpgwmnouvelgroundfloor.jpgwmnouvelduplex.jpgwmnouveldetail.jpgwmnouvel08.jpgoriginal2.jpg

.
 

le familistere godin

economats031.jpgtheatre1.jpgpavilloncentral031.jpgnourricerie041.jpgnourricerie011.jpglavoirpiscine021.jpgeconomats2.jpgescalierhaut2.jpgstatuegodinfronton1.jpgtheatredeux1.jpgvisuelvisigroupe1.jpgverriere1.jpgfamilistereinterieurappart2.jpgfamilistere2.jpgescaliermarches2.jpgfamilisterecentralguiseinterieur2.jpgfamilisterecommodits2.jpgfamilisteregodinvudehaut2.jpggodin2.jpgfml2.jpgguisefamib12.jpggodinclasse2.jpgguisefamih12.jpgguisefamic12.jpgguisefamililinge1ts62.jpginspiration2.jpgintapp2.jpgjointoiment2.jpgintfml2.jpgnurserie2.jpgplanche012.jpgpalier2.jpgnurseriedeux.jpgparvis2.jpgplangodin2.jpgphalanstrefourrier2.jpg

.
 

eisenman

aronov.jpgnunotani.jpgnunotani.jpgaronovcenteruciccinati.jpgcolombusconventioncenter.jpghabitationcollectiveberlin.jpgmaisonfalk.jpg

 

berlinmemorial6.jpgberlinmemorial5.jpgberlinmemorial4.jpgberlinholocaustdprofitl.jpgberlinmemorial7.jpgberlinmemorial6.jpgberlinholocaustmemorial.jpgberlinholocaustmemorial2.jpgberlinholocaustmemorial3.jpgberlinmemorial9.jpg

 

citdelaculturedegalice7.jpgcitdelaculturedegalice1.jpgcitdelaculturedegalice2.jpgcitdelaculturedegalice3.jpgcitdelaculturedegalice4.jpgcitdelaculturedegalice5.jpgcitdelaculturedegalice6.jpgcitdelaculturedegalice8.jpg

 

.
 

Glenn Murcutt

Glenn Murcutt élabore des constructions écologiques en harmonie avec le climat et le paysage, en utilisant des matériaux « simples » (métal, bois, verre, brique) Il appelle ceci le fonctionnalisme écologique.

En 1951, son père lui fait découvrir la maison Farnsworth et lui demande de lui expliquer ce que cette maison a d’extraordinaire. Cette maison va marquer très fortement la carrière de Murcutt. C’ est bien toute une philosophie de vie qu’il perçoit dans cette maison de Mies Van der Rohe En outre, il doit à son père sa connaissance approfondie des hangars agricoles en tôle et bois et de leurs techniques de préfabrication, ainsi que sa perception accrue des relations entre faune, flore, géographie et climat.

En effet, lors de voyage, un certain nombre de visites (Walden Pond, la maison Chareau, les architectures vernaculaires de Grèce,…) et de rencontres (Craig Ellwood, José Cordech,…) lui font prendre conscience de l’inadaptation de son modèle aux variations climatiques et de la pertinence de son idée de transposition d’éléments de constructions en langage architecturale (maison Chareau).

Dès son retour, il réinjecte ses réflexions nouvelles dans son travail, ce qui donne la maison Marie Short. Cette maison préfigure le reste de l’œuvre de Murcutt. En effet, c’est ici que, pour la première fois, il superpose sur son modèle miesien très rigoureux et statique une peau qui permet de réguler les flux d’air, de lumière, de son, et surtout de chaleur qui traversent les façades de manière dynamique. C’est sur cette dualité qui atteint son paroxysme dans la maison Simpson-Lee, livrée en 1994 après six ans de travail, que repose toute son oeuvre.

Depuis le début de sa carrière, et uniquement en Australie, il a construit 500 maisons originales, des musées, des centres culturels, grâce auxquels il a notamment gagné de nombreux prix du Royal Institue of Australian Architects. Son travail a été présenté lors des biennales d’architecture de Paris en 1986 et de Venise en 1991 et 1996. Parallèlement, il donne des lectures dans de nombreuses villes de par le monde (Londres 1985, Mexico 1987, New York 1988 et 1991, Auckland 1988, Bougainsville 1988, Copenhague 1989, Oslo 1989, Trondheim 1989, Helsinki 1989, Milan 1989,…). En 1992, il reçoit la médaille Alvar Aalto et en 2002, le Prix Pritzker pour sa carrière originale et pour son architecture visionnaire. C’est la première fois qu’un architecte australien reçoit ce prix alors qu’ils sont peu connus au niveau international. Glenn Murcutt a inspiré une génération australienne par son architecture hors du commun.

boxhouse04.jpgbox house centreeducatifderiversdale.jpgriversdalemarikaaldertonhouse.jpgmurcuttdone.jpgpritzkerprice.jpgsimpsonleehouse.jpgsimpsonleehouse1.jpg

murcutt4red.jpgmagneyhouse.jpgkangaroovalleyhouse.jpgmagneyhouse2.jpgmagneyhouse82.jpgmarieshorthouse.jpg

.
 

alvar Aalto

Adepte du fonctionnalisme et de l’architecture organique. Nombre de ses bâtiments s’intègrent de façon harmonieuse dans le paysage, avec lequel ils forment un tout architectural. Le bois et la brique constituent ses matériaux de prédilection. Alvar Aalto a conçu lui-même les meubles pour la plupart de ses bâtiments.

 

Alvar Aalto, est le plus célèbre architecte et designer finlandais, et aussi l’un des plus importants pionniers du design organique. Il met au point plusieurs modèles de sièges emblématiques du nouveau design scandinave.

 

À l’inverse de ses contemporains modernistes d’Allemagne et d’Italie, qui prônent l’utilisation de matériaux industriels comme l’acier et le verre, Aalto va faire du contre-plaqué son matériau de prédilection.

À partir de 1929, il se met à étudier les techniques de placage et explore les limites du contre-plaqué moulé. Ces expériences vont conduire à ses sièges les plus innovants sur le plan technique, le fauteuil n° 41 (1931-1932) et le n° 31 (1931-1932), en porte-à-faux, l’un des contemporain, l’autre faisant partie de son projet de Gesamtkunstwerk (œuvre totale) pour le sanatorium de Paimio.

Ce design à la fois fonctionnel et séduisant va immédiatement signaler à l’avant-garde internationale la nouvelle voie ouverte par l’usage de contre-plaqué ainsi que l’émergence d’un vocabulaire de formes plus douces et chaleureuses.

En 1935, le couple Aalto fonde la société Artek. Sa solution par le cintrage du bois, va permettre pour la première fois d’ancrer les pieds directement sous l’assise sans faire appel à un quelconque châssis ou à structure supplémentaire. Aalto collabore aussi en indépendant avec les verres Riihimäki (1933) et Iittala (1936). Tout comme son mobilier et son architecture, ses créations en verre se caractérisent par leurs formes organiques.

Adepte convaincu de la vocation humanisante du design, Aalto refusait non seulement les formes géométriques rigides mais aussi les tubes métalliques et autres matériaux artificiels, qu’il jugeait trop éloigné de la nature.

Ses idées de « père fondateur du design organique » ont beaucoup influencé des designers d’après-guerre comme Charles Eames et Ray Eames

Plus constructeur que théoricien, il a pris des partis fonctionnels et utilisé des éléments standardisés, mais il a surtout fait preuve d’une extrême liberté, il a souvent préféré les lignes courbes ou obliques en rapport avec un plan libre et asymétrique, engendrant un espace continu aux subtiles articulations. Enfin, il s’est surtout préoccupé d’harmoniser ses constructions avec le site environnant et de l’adapter à la spécificité du programme. Sa démarche s’apparente à bien des égards à celle de Frank Lloyd Wright.

baker housebakerhouse.jpg eglises stephanenkirche.jpgkuva1.jpgchurchbyalvaraalto.jpg

 

saynatslohall1952.jpgsaynatslohall4.jpgedificiafinland.jpgmaisonetatelierda.jpg

saynatslohall2.jpgaaltotrusses.jpgaaltobeehive.jpgaaltoturnerciviccentre1.jpgpaimiochair.jpgtabourete62.jpgsaynatslohall3.jpg

 

 

.
 

Franck Lloyd Wright


1897 Les Prairie houses

Wright perçoit les pièces d’un bâtiment comme des organes autonomes qui constituent un corps cohérent. Il pousse l’analogie avec le monde vivant jusqu’à prétendre que la construction doit représenter la croissance d’un être vivant

Les maisons prairies sont des pavillons d’un seul tenant ou en plusieurs parties reliées entre elles, dont l’intégration au paysage par le biais de l’horizontalité est particulièrement soignée par Wright. Il essaie également de tenir compte des contraintes que le climat continental de la région impose. Pour cela, il multiplie les différences de hauteur des plafonds de manière à éclairer et ventiler les pièces. Ces innovations passent par l’utilisation d’une combinaison de matériaux traditionnels (la pierre naturelle pour les façades et les sols) et d’autres nouveaux pour l’époque : béton, acier qui servent de support à des claire-voies, des toits débordants, des terrasses en encorbellement ou de grandes baies.

Wright est alors en rupture avec l’architecture classique européenne ;

Dans cet idéal, qui ne cherche pas spécialement à imiter la nature, la forme des parties la maison doit découler de leur(s) fonction(s), mais en même temps forme et fonction ne doivent faire qu’un.

En utilisant la pierre et la brique, en découpant des plans horizontaux, Wright refuse la standardisation des gratte-ciel.

Rencontre de l’avant-garde européenne

En 1909, a le sentiment d’être parvenu à ses limites et part alors s’installer en Europe. Wright fréquente et influence alors les architectes d’avant-garde en Autriche, en Allemagne et aux Pays-Bas, dont Gropius et Mies van der Rohe (qui ont fondé le Bauhaus).

En 1911 il fonde la communauté unitarienne de Spring Green. Il y construit une série de bâtiments à la fois communautaires, domestiques et agricoles sur un terrain offert par sa mère, et baptise l’ensemble Taliesinlloydwrightguggenheim1.jpgmassarohouse8.jpg

massarohouse3.jpgmassarohouse.jpgmassarohouse.jpgwrightguggenheimmuseuminterior1.jpgwrightroberts1.jpgwrightjacobs1.jpgtaliesen1.jpgtableallen1.jpgrobieplans1.jpgrobiehouse1.jpgrobieplan1.jpgprairiehouse21.jpgmassarohouse91.jpgmassarohouse71.jpgmassarohouse51.jpgmassarohouse41.jpgmassarohouse11.jpgmaisoncascade1.jpglakehouse1.jpgprairiehouse1.jpgfauteuilbarrel1.jpgfrankloydtaliesin1.jpgaurora1.jpgfallingwater1.jpgnormanlykeshouse.jpg

massarohouse.jpg massarohouse3.jpgmassarohouse8.jpg

 

 

.
 

le corbusier

citeradieuseterrasse.jpgciteradieuse.jpgcorbusierville3millionsg.jpgeglisedefirminy.jpglecorbusiershodan.jpgnotredameduhaute.jpgvillasavoiei.jpg

.
 
12

Navigation


La superficialité est l'uni... |
EME PEINTRE |
Galerie d'art contemporain ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sculptures laurent guinement
| Theatrum vitae
| la perle ipopette